Contenu principal

Le témoin d’intimidation est un spectateur lors d’actes d’intimidation et il offre une audience aux intimidateurs. 85 % des situations d’intimidation se produisent devant un groupe. Ceci contribue à l’inégalité de pouvoir entre la cible et la personne ayant des comportements intimidateurs.

Dans plusieurs cas, les témoins contribuent au phénomène de pouvoir par leur participation directe ou indirecte ou par leur comportement : rire de la situation, présence, propagation des rumeurs, observation sans intervenir.  Si le témoin ou la foule se retire de la situation, l’intimidateur risque d’arrêter ses menaces, car il ne pourra plus affirmer son pouvoir devant une audience. De plus, si un groupe (classe, équipe sportive, cercle d’amis) réprimande ensemble les comportements de l’intimidateur, ce dernier cessera son comportement par peur d’être exclus du groupe.

Comment aider comme témoin :

  • se retirer de la situation pour ne pas encourager le comportement de l’intimidateur,
  • prendre la défense de la victime,
  • réconforter la victime,
  • demander de l’aide au nom de la victime,
  • être son ami,
  • en parler à une personne de confiance.

Impact sur le témoin 

Une personne qui est témoin d’intimidation peut ressentir de la peur, de l’anxiété et de la frustration. Elle a peur d’être associée à la personne intimidée ou à la personne qui intimide, peur d’intervenir et peur de répercussion. Elle ressent de la culpabilité, l’impuissance et la perte de contrôle.

Source : Croix‑Rouge canadienne